Informer, expliquer

Des questions...
Des réponses

Informer, expliquer

FAQ

Le calage

Le calage est le point le plus important sur une aile, c’est grâce à lui que celle-ci aura le meilleur rendement.

Il est nécessaire de faire contrôler le calage de votre aile régulièrement, car au cours de sa vie, un parapente a tendance à voir son calage évoluer.

Ce phénomène est contrôlé et anticipé par les concepteurs en donnant des marges de tolérances.

Pour vérifier que votre aile se trouve bien dans les tolérances admises par le constructeur, il n’y a qu’une seule solution : le calage en TOUS points de l’aile.

Il s’agit de contrôler la longueur totale des suspentes (basses + intermédiaires + hautes), du point d’ancrage sur l’élévateur, à chacun des points d’ancrage de votre aile, et ce, du centre de la voile jusqu’au stabilo.

On mesure ainsi toute la ligne des A, B, C, D, E et freins.

Exemple içi

À la suite de ce contrôle, nous avons un détail précis du calage de votre voile, nous pouvons ensuite déterminer si des réglages sont nécessaires (loops, têtes d’alouette, remplacement de suspentes, etc.).

Le calage d’un parapente se fait sous charge de 5 Kg maximum.

Pourquoi 5 Kg ? parce que la plupart des constructeurs fabriquent leurs suspentes sous cette charge, il leur faut donc un référentiel commun pour suivre l’évolution de leurs ailes dans le temps et l’intégrer dans leurs futurs développements.

Un calage effectué sous une charge plus conséquente ne résoudra pas les éventuels problèmes de calage de votre voile.

En effet, la fibre de la suspente sera étirée, à l’instant T, mais reviendra par la suite à sa longueur de stabilisation.

Pour répondre à la demande des constructeurs et des clients, RipAir s’est doté, début 2015, d’un système de mesure laser sur rail fixe performant et augmentant la précision des mesures relevées.

Le Test en vol

RipAir propose depuis des années le test en vol, toujours associé à un Contrôle Simple ou Contrôle Complet.

À quoi sert-il ?

Une voile neuve à un domaine de vol bien déterminé, vitesses maxi et mini, taux de chute maxi et mini, etc…

Ce domaine de vol évolue au fil des vols et ce test permet de contrôler ce nouveau domaine de vol et de valider quelques phases de vols qui peuvent s’avérer critiques en situations normales.

Cahier des charges du test en vol, à PTV de milieu de plage :

  • Comportement au décollage : montée lente, rapide, tendance au dépassement, etc…
  • Détermination des vitesses mini, maxi et taux de chute mini, maxi
  • Comportement en tangage, en virage
  • Comportement aux oreilles, entrée et sortie
  • Comportement en entrée de virage à taux de chute mini
  • Comportement en sortie de 360°
  • Comportement à l’arrondi

À la suite de ce test, une fiche est réalisée, reprenant tous les points énumérés ci-dessus.

Qu’est-ce qu’une suspente et comment changer une suspente abîmée ?

Pour fabriquer les suspentes, les concepteurs utilisent généralement deux fibres synthétiques, vendues dans le commerce sous les noms de Dyneema ou Kevlar. Celles-ci peuvent être gainées ou non-gainées.

Ces deux matériaux, très solides, ont toutefois tendance à rétrécir, le Dyneema davantage que le Kevlar. Ces variations dimensionnelles sont proportionnelles à la longueur des suspentes.

Sur un parapente, les suspentes qui rétrécissent le plus se situent généralement sur les bouts de l’aile et les arrières ( lignes C & D), moins chargés que les avants (lignes A & B). Au cours de sa vie, un parapente a donc tendance à se cabrer mais rassurez-vous, les concepteurs anticipent ce phénomène en donnant aux suspentes une marge de tolérance. Ce phénomène apparaît dès les premiers vols et se stabilise après quelques heures. Les suspentes de votre aile n’ont donc rapidement plus les côtes usine mais cela est tout à fait normal.

Pour faire des copies de vos suspentes et se rapprocher au plus près de leur longueur, au moment où vous nous délivrez votre aile, nous avons besoin de vos suspentes abîmées.

Si toutefois, vous ne pouvez pas nous les faire parvenir, nous en faisons une copie en nous basant sur les côtes usine du fabricant de votre aile.

Dans ce cas, il y aura une différence de longueur entre vos suspentes qui ont déjà vécu, et nos suspentes neuves, cette différence pouvant aller de 10 à 30 mm ! Un contrôle calage & symétrie est donc nécessaire après remplacement de vos suspentes.

Comment procéder ?

  • Démontez les suspentes concernées et si elles sont cassées, prendre celles du côté opposé de l’aile.
  • Mettez-les dans une enveloppe et envoyez-les nous par la poste.
  • À réception, nous effectuons une copie de chacune de vos suspentes.
  • Nous vous renvoyons, par la poste, vos suspentes neuves et abîmées avec la facture.

Comment nous faire parvenir votre voile ?

Pour l’envoi de votre matériel, envoyez-nous un @mail à info@ripair.com, en demandant un « Bon de transport Aller/Retour » (une voile/colis).

Vous le recevrez, en pièce jointe et il vous suffira de l’imprimer et de l’apposer sur votre colis.

Il ne vous restera plus qu’à déposer votre colis au centre postal le plus proche.

Les avantages de ce choix de prise en charge sont :

  • L’assurance d’une prise en charge par Chronopost que nous utilisons depuis des années
  • Une livraison, dans nos locaux en 24 H
  • Une assurance à hauteur de 1000 €

Attention : N’oubliez pas de télécharger la Fiche de Prise en Charge à mettre dans le colis.

Pour le retour de votre matériel, nous utilisons ce même service Chronopost avec les mêmes avantages.

Recommandations si vous choissisez de nous envoyer votre matériel par vos propres moyens

  • Utiliser le service COLISSIMO avec accusé de réception de la Poste.
  • Il est préférable de réaliser son emballage soi-même, celui de La Poste étant plus fragile.
  • ATTENTION : en utilisant ce service, votre envoi n’est assuré qu’à hauteur de 50 € maximum. Il vous est possible de l’assurer à hauteur de 800 € (option).
  • Prix indicatif pour l’envoi d’une aile : 21 € (50 € avec assurance)
  • Délai indicatif pour le transport : 2-3 jours

Quels documents dois-je joindre à ma voile ?

Deux possibilités :

  • Soit vous téléchargez et imprimez la fiche de prise en charge que vous ajoutez à votre envoi : Fiche ici
  • Soit vous joignez une feuille comportant vos coordonnées complètes (avec n° de téléphone mobile et adresse e-mail), le modèle de la voile (n° de série & couleurs), vos remarques utiles ainsi que le ou les travaux à effectuer : voir Prestations

Quand dois-je faire contrôler mon aile ?

Il est plus juste de parler en nombre d’heures d’exposition et d’utilisation. On estime Qu’une révision s’impose toutes les 100 H en moyenne ou tous les ans.

Comment se passe le retour de mon matériel ?

Nous re-expédions votre matériel une fois le règlement total des prestations soldé.
Si, suite au contrôle, des réparations supplémentaires sont nécessaires, nous vous contactons pour vous communiquer un devis.

Dans ce cas, il est demandé un complément de règlement avant le renvoi de votre matériel.

Ce complément peut être réglé :

  • par chèque
  • CB à distance
  • par virement RIB ici.

Comment choisir entre le contrôle Simple et le Contrôle Complet ?

Dans le cas d’un achat ou d’une vente, ou si vous n’avez pas fait contrôler votre voile depuis longtemps, plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • Si votre aile est récente (2 ans) et qu’il n’y a pas eu de dégât sur les suspentes et la partie voilerie (trous), optez pour le Contrôle Simple.
  • Si vous pensez avoir abîmé les suspentes et/ou la partie voilerie (trous), optez pour le Contrôle Complet.
  • Si ce contrôle s’effectue dans le cadre d’une révision régulière (annuelle par exemple), pour une aile personnelle que l’on connait et que l’on suit, optez pour le Contrôle Simple.

Qu’est-ce qu’un pack Zen (simple ou complet) ?

Il nous semblait logique de vous proposer un package comprenant le contrôle (simple ou complet) de votre aile, le contrôle de votre sellette ainsi que le pliage de votre parachute de secours. Les Pack Zen sont là pour ça !.

Quelles précautions prendre afin d’optimiser la longévité de son aile ?

L’humidité, les UV, la chaleur, les variations de température sont les principaux responsables du vieillissement prématuré des voiles.

Aussi, une voile entreposée dans une cave, un grenier ou derrière un hayon de voiture n’appréciera guère ce type de stockage, surtout si son propriétaire commet l’erreur de laisser son aile étalée trop longuement sur un décollage ou un atterrissage…et d’autant sur terrain humide.

La nature du terrain peut accélérer prématurément cette usure; un sol herbeux ou un tapis sont à privilégier par rapport au sable ou à un sol rocailleux.

Est-ce que toutes les ailes vieillissent de la même façon ?

Le fait que les constructeurs utilisent des matériaux différents répond partiellement à cette question, leur vieillissement n’est pas homogène.
Il faut considérer l’aile comme un ensemble d’éléments; le tissu, le cône de suspentage et les profils ont leurs propres facteurs d’usure, c’est pourquoi chaque constructeur nous fournit un cahier des charges de ses modèles.

Quels sont les risques encourus si le contrôle n’est pas effectué ?

Le contrôle décèle les points susceptibles de remettre en cause la sécurité de l’utilisateur : la résistance du suspentage et du tissu, la porosité, le calage de l’aile.

  • Une résistance des suspentes trop faible peut engendrer un « désuspentage » partiel ou complet du parapente lors d’une fermeture ou d’un 360 par exemple.
  • Un tissu poreux (perméable) influe sur le comportement de l’aile pouvant occasionner des phases parachutales, des changements de taux de chute, de vitesse, des points durs aux gonflages.
  • Enfin, le rétrécissement des suspentes modifie la géométrie initiale de la voile. Par conséquent, les réactions de celle-ci s’en trouvent modifiées.